Dakirat

Atelier Mémoire en Méditerranée

Dakirat est le site collaboratif proposé aux partenaires de l’atelier Mémoires en Méditerranée, entre histoire et politique, du programme euroméditerranéen Ramsès 2. Ses objectifs et ses usages sont à la fois d’ordre internes et externes. Il s’agit tout d’abord de constituer un lieu d’intégration, où sont mis en commun les documents relatifs aux thématiques abordées dans notre atelier (textes de travail, bibliographies etc.) ; où l’identification des différents partenaires et l’échange entre eux des informations se fait de manière simple et accessible. Dakirat se veut également un lieu d’ouverture, où s’effectue une première restitution de nos travaux auprès du public et où se nouent des relations avec tous individus et institutions concernés par l’élaboration d’une problématique de la mémoire, dans le champ des études euro-méditerranéennes.

Dernières publications :

Retours au passé. Mémoires politisées, mémoires expatriées. Note de synthèse

Par : Karine-Larissa Basset

Le décentrement du regard: la Méditerranée vue du Sud-Est de l'Europe

Accueillies et organisées à Athènes par l’Institut de Recherches Néohelleniques à la Fondation Nationale de la Recherche Scientifique, ces journées ont tout d'abord permis à l'atelier Mémoires de « décentrer » son regard, jusqu'ici davantage tourné vers les rives nord (et sud de la Méditerranée vues d’Europe occidentale. À Athènes, il a été davantage question d'une "Méditerranée orientale", tournée vers l'Asie Mineure.

Les mémoires, dans cette région, sont fortement liées à la construction des États nations sur le socle d'un héritage historique commun

Lire la suite

Publié dans la rubrique : Retours au passé. Mémoires politisées, mémoires expatriées

 La Tunisie de l’époque ottomane : le territoire comme lieu porteur de mémoire.

Par : Fatma Ben Slimane

L’objet de cette communication est d’aller à la rencontre de la notion de « territoire » comme nouveau concept d’approche de l’histoire identitaire de la Tunisie à travers le processus de mémorisation d’acteurs historiques.

La recherche en  sciences sociales a souvent  rattaché la naissance d’une  conscience territoriale, dans les pays du  Maghreb et dans le monde non européen en général, à l’événement colonial. Pour ses auteurs, les multiples formes de contrôle territorial mises en œuvre par les pouvoirs coloniaux (p.e. l’établissement de frontières continues, le découpage administratif, la sédentarisation des tribus etc.), ont constitué un facteur

Lire la suite

Publié dans la rubrique : "Des lieux porteurs de temps. Fragments de récits et mémoire en Méditerranée"

Palestinian Spaces of Memory and Collective Narrative

Par : Khaldun Bshara

Israeli narrative was built on the concept of "making the desert bloom". In this case the desert is Palestine. Taking over the Palestinian landscape entailed the destruction of the Other "Palestinians" landscape to make space and to make the "Other" less visible. The second step in constructing an identity was adopting the Palestinian model of living such as the building typologies or cuisine habits. Then claiming what remain from the landscape, cuisine, buildings and then incorporating it in the Israeli narrative. This was simply achieved by giving new names or description for the streets, neighborhoods, squares, houses and for the things. It is not important

Lire la suite

Publié dans la rubrique : "Des lieux porteurs de temps. Fragments de récits et mémoire en Méditerranée"

Dans l’ombre d’Alger. L’intrusion silencieuse des artistes algériens dans la cité oranaise.

Par : Anissa Bouayed

A « Alger, Capitale Artistique » disaient, au moment de la célébration du Centenaire de l’occupation française, en1930, les journaux de l’époque. L’Ecole, le Musée des Beaux Arts d’Alger, la magnifique Villa Abd-El-Tif qui fut la Maison des Artistes, furent les « hauts-lieux » de l’esthétisation de l’œuvre française en Algérie, métaphore de la belle réussite de l’Empire colonial. Les commentaires n’hésitaient pas à renforcer le mythe visuel d’Alger, surexposé à la représentation de plusieurs générations de peintres orientalistes, par le rehaussement du  profil  de la cité par ces trois puissances tutélaires. Les hommes de goût et d’esprit,

Lire la suite

Publié dans la rubrique : "Des lieux porteurs de temps. Fragments de récits et mémoire en Méditerranée"

L’inscription topographique de la mort en Égypte ancienne : à propos du rite de fondation de la tombe.

Par : Isabelle Régen

Episode critique dans le récit collectif, le décès d’un individu vient ébranler le groupe. Localiser la mort, l’inscrire dans la topographie est apparu de façon hautement lisible en Égypte ancienne comme l’une des réponses à cet événement majeur.

L’individu devenu asocial du fait de même de sa mort n’est pas laissé sans territoire mais réancré à sa terre. Il aura son lieu : la tombe, prolongement de son habitat, servira de cadre à diverses productions rituelles, textuelles et iconographiques. La mort ainsi circonscrite est alors génératrice de culture et de mémoire sociales. Le défunt et la part du récit collectif qu’il emporte avec lui seront localisés,

Lire la suite

Publié dans la rubrique : "Des lieux porteurs de temps. Fragments de récits et mémoire en Méditerranée"

Constructing cultural heritage in a landscape park: a case of an Upper Adriatic salt pans

Par : Irena Weber

The last decades of the past century have witnessed the heritage boom. Contemporary (and often contradictory) processes of conceptualizing Istrian heritage in Slovenia include the national and the multicultural discourse as well as newly employed “European heritage” one. It is of comparative interest to look at the changes that occurred after the Slovenian EU integration, namely how is heritage in changing circumstances being constructed and who are the main actors in the process.

Anthropological research on Mediterranean coastal spaces emphasizes the fierce competition for natural resources that are overused in many Mediterranean areas. Of particular interest are creations of natural

Lire la suite

Publié dans la rubrique : "Des lieux porteurs de temps. Fragments de récits et mémoire en Méditerranée"

Les récits du Larzac : de l’inscription différentielle de l’histoire sur le lieu…

Par : Jean-Luc Bonniol

Dans les années 1970, le causse du Larzac a accédé au rang de haut lieu de la contestation du pouvoir établi, du fait de la lutte que menèrent, durant toute la décennie, les « paysans » contre le projet d’extension d’un camp militaire. Cette notoriété s’est prolongée depuis : le terme « Larzac » est, au niveau du grand public, souvent utilisé pour qualifier toute utopie de retour à la terre, alors même que la mémoire de la lutte, fièrement entretenue par ses acteurs locaux, a contribué à ce que le même terme serve d’emblème de toute résistance face au pouvoir, en particulier pour les combats des peuples du Sud. Au début des années 90, le département de

Lire la suite

Publié dans la rubrique : "Des lieux porteurs de temps. Fragments de récits et mémoire en Méditerranée"

Lieux et mémoires : les sanctuaires mariaux franco-algériens

Par : Michèle Baussant

A l’été 1962, alors que l’Algérie accède à l’indépendance, le pays s’est déjà progressivement vidé de la population d’émigrants français ou originaires d’autres pays, installés au cours de la colonisation française .

Pour les individus, le départ a généré des ruptures dans la filiation et dans leur histoire individuelle et collective. Les migrations successives entre plusieurs espaces, du pays «d’origine» vers l’Algérie, puis de l’Algérie vers d’autres lieux, parfois multiples, ont engendré de profondes déstructurations dans les représentations des liens de filiation et de la continuité familiale et culturelle, ainsi que dans les pratiques qui

Lire la suite

Publié dans la rubrique : "Des lieux porteurs de temps. Fragments de récits et mémoire en Méditerranée"

Les Parcs nationaux culturels, lieux d’utopie contemporaine en Méditerranée

Par : Karine-Larissa Basset

Introduction

L’idée de créer en certains territoires des « Parcs nationaux culturels » a été défendue en France dans les années 1950 et 1960 par une poignée de militants et relayée par ce qu’on a pu appeler un « mouvement d’opinion ». Sur les territoires ainsi désignés – situés respectivement dans les Alpes, la Haute Provence et les Cévennes – des énergies parfois considérables ont été mobilisées pour donner corps à ces singuliers projets. Alors que les Parcs nationaux avaient été inventés aux Etats-Unis pour la préservation de la nature sauvage, et que ce modèle avait été largement adopté dans le monde, l’on prétendait en France ériger des

Lire la suite

Publié dans la rubrique : "Des lieux porteurs de temps. Fragments de récits et mémoire en Méditerranée"

Synthèse des rencontres d’Alexandrie

Par : Dimitri Nicolaïdis

Après avoir écouté l’ensemble des communications présentées lors de ces rencontres autour des « lieux porteurs de temps », on est d’abord frappé par la cohérence d’ensemble des présentations proposées : malgré la très grande diversité des lieux étudiés, de leur nature et du rapport que les individus et les collectivités peuvent entretenir avec eux, il est possible de faire d’emblée deux remarques sur les constances observées.

Des lieux en mouvement, producteurs d’émotions

Ce séminaire peut fait figure de manifeste anti-« lieux de mémoire » dans la mesure où nous sommes toujours confrontés à des lieux jamais figés sur eux-mêmes, jamais investis

Lire la suite

Publié dans la rubrique : "Des lieux porteurs de temps. Fragments de récits et mémoire en Méditerranée"